Art rebelle et contre-culture

Papier : 24,95 $

ISBN : 9782924327166

Code Prologue : A046659

Au cours des années 1960 et 1970, les artistes néo-avant-gardiste politisés ont remis en question les conventions artistiques et l'institution traditionnelle en élargissant le champ de l'art et en ouvrant la porte à un art nouveau tourné vers des publics que l'on voulait participatifs. Le monde de l'art délaisse les galeries et les musées pour envahir avec ferveur les espaces publics. Dans ces lieux, on explore de nouvelles formes d'expression artistique.

Cette époque pleine d'espérance aurait vu l'art et la vie se conjuguer – elle alimente encore aujourd'hui les esprits rebelles, artistiques et politiques. Loin de s'inscrire dans la défense de cette thèse, ce livre a pour objectif de démythifier ces pratiques artistiques, dont les environnements et les événements participatifs ont été médiatisés en dehors de l'espace institutionnel traditionnel. Pourtant, la néo-avant-garde artistique politisée – ou underground – n'a pas réussi son pari de rester en marge de l'establishment et d'oeuvrer à l'extérieur du système ou du champ institutionnel de l'art. Ce livre pose donc la question de l'institutionnalisation de l'art dit subversif au Québec au cours des années 1960 et 1970.

Les oeuvres participatives de l'underground et ses créations collectives devancent puis renforcent les tendances historiques en matière d'étatisation de la culture dans le cadre de la mise en place d'un nouveau paradigme des politiques culturelles, celle de ladite démocratie culturelle. La plupart du temps, ces oeuvres sont réalisées avec l'assentiment et l'appui de l'Etat et des institutions culturelles et artistiques, au moment de l'élargissement d'un champ culturel dont la vision de l'art relève aussi de l'idéologie de la démocratie culturelle.

L'art néo-avant-gardiste politisé des années 1960 et 1970 est donc partie intégrante du champ officiel de l'art, dont les limites ont toutefois été bouleversées, mais sans éclater. 

Actualités 

11

juillet

2016

Plusieurs recensions dans le magazine Nuit blanche de l'été 2016. Au chapitre des nouveautés québécoises, le magazine souligne la parution de l'essai Les couilles de Jeanne d'Arc chez Guy Saint-Jean Éditeur. Du dernier livre de Pierre-Luc Landry, Les corps extraterrestres (Druide), le critique David Laporte écrit que le roman « demeure convaincant et rondement mené ». Gérald Alexis quant à lui assure que « ses propos peuvent à coup sûr alimenter un débat fort intéressant » en parlant du livre d'Anithe de Carvalho, Art rebelle et contre-culture, publié chez M Éditeur. De l'essai d'Hélène Dorion publié chez Druide, Le temps du paysage, le magazine précise qu'il s'agit d'un très beau livre, « une suite naturelle à Recommencements ». Enfin, Laurent Laplante rappelle la parution récente des textes choisis d'Andrée Ferreti réunis sous le titre Fulgurance, paru aux P.U.L..

Voir les actualités>

Du même éditeur 

Cent ans de luttes

Par : Collectif

Commentaires des lecteurs 

Aucun commentaire pour le moment.

Laissez un commentaire

*Tous les champs sont obligatoires.

Titre : Art rebelle et contre-culture
Éditeur :
M éditeur - livre canadien
Collection : Mouvements
Catégorie : Arts - Lettres
Langue : Français
Type : Souple
Statut : Disponible
Nombre de pages : 232
Date de publication : 2015/09/08
ISBN : 9782924327166
Code Prologue : A046659
Code à barres : 9782924327166
Prix papier : 24,95 $